Génie à l'état pur.

thumbnail-savory.jpg

Allan Savory, un nom qu'il serait peut-être judicieux de ne pas oublier. Ce biologiste né en 1935 vient de faire la démonstration de ses travaux lors d'une cession de la célèbre  conférence TED talks dont voici le lien pour la vidéo longue ( 58min30 ) en anglais: http://vimeo.com/8239427.

Pour les non polyglottes, voici un condensé de ses propos:

Allan Savory a constaté que notre planète est aux 2/3 en cours de désertification sans que, jusqu'à présent, quiconque ne puisse en expliquer les raisons. Pour faire simple: avant il y avait de la végétation et des animaux, puis moins de végétation et moins d'animaux, puis plus de végétation et plus d'animaux, et enfin le désert. Il s'est évertué toute sa vie à comprendre ce phénomène qui ne touche pas seulement le continent africain mais l'ensemble de la planète et ses conclusions sont étonnantes: le manque de bétail dans les zones désertiques favorise la désertification. Bon, là, j'avoue ça semble bizarre mais en fait, pas tant que ça.

Toujours pour faire simple, prenons une zone aux fortes variations climatiques soit saison pluvieuse suivie de longue saison sèche. Grâce à la saison des pluies, la végétation peut se développer et fournir de la nourriture au bétail qui laisse sur le sol, une couche de déchets végétaux et d'excréments qui forment une "litière" protégeant le sol pendant la saison sèche et permettant à ce dernier de conserver de l'humidité et du carbone, nécessaires à la repousse l'année suivante.

Dans les régions arides, à force de chasse, il n'y a plus eu d'animaux pour faire ce travail de "terrassement". Afin de nettoyer le sol des herbes sèches, celles-ci sont brûlées depuis de nombreuses années. Ces gigantesques incendies créent non seulement une pollution massive mais continuent d'appauvrir le sol, accélérant année après année la désertification.

M. Savory prouve sur le terrain qu'en réintroduisant du bétail en masse dans les zones désertiques, il est possible de recréer la couche de "litière" nécessaire à une repousse progressive de la végétation, les résultats dans certaines régions sont d'ailleurs spectaculaires.

Avec une bonne gestion de ce système qui n'engendre pas de coût massif mais un changement de mentalité, il serait possible d'agir sur le changement climatique, d'apporter des moyens de subsistance pour toute la planète, de réintroduire le bétail dans son environnement naturel, bref de changer le monde!

Ouvrez l'œil!

agriculture écologie science

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×